Carrelage et Parquet

QELLE MODE DE POSE POUR MON PARQUET ?


LA PRÉPARATION DU SUPPORT, UN PRÉALABLE INDISPENSABLE

Pour que la pose de parquet se fasse dans les meilleures conditions, il est nécessaire de bien préparer le support en amont :

  • Le support doit être propre et présenter une planéité parfaite
  • L’hygrométrie doit être comprise entre 40 et 60%
  • Lorsque le support est une dalle béton, l’humidité de cette dernière doit être inférieure à 2.5% d’humidité, et à 16% pour un support en bois
  • La température ambiante doit être de 20° et ne doit pas être inférieure à 15°

Une fois ces conditions réunies, prévoyez-vous un plan de travail avec maillet, crayon à papier, scie sauteuse et autres outils brico en cas de nécessité de découpe. Enfin, munissez-vous d'un niveau à bulle et d'une équerre pour vérifier, à chaque nouveau mètre-carré que votre sol est bien horizontal. Vous pouvez alors débuter vos travaux de rénovation en toute sérénité !


LA POSE CLOUÉE : TRADITION ET DURABILITÉ

Essentiellement utilisée pour le parquet en bois massif et pour le parquet contrecollé, la pose clouée est la technique la plus traditionnelle. Le principe ? Clouer les lames perpendiculairement sur des pièces de bois scellées appelées lambourdes, qui sont elles-mêmes collées perpendiculairement sur dalle de béton ou clouées sur solives.

Les lambourdes ou solives sont quant à elles fixées sur une sous-couche isolante. Durable et résistante, cette technique permet une bonne isolation phonique et thermique sous le parquet. Elle présente toutefois l’inconvénient de le rendre plus sonore que dans le cas d’une pose collée.

Pour éviter tout risque de grincement, il est vivement conseillé de faire appel à un parqueteur professionnel, d’autant que cela exige une grande technique. À noter que cette méthode n’est pas compatible avec les planchers chauffants.

Un parquet cloué sera donc l'option privilégiée si votre matériau est un parquet massif : en chêne, en bambou, en merbau, en hêtre ou même en érable, les clous préservent l'essence de bois choisie au mieux. Ainsi, le veinage, la texture et le grainserontconservés.


LA POSE COLLÉE : ÉCONOMIQUE ET ADAPTÉE AUX PLANCHERS CHAUFFANTS

Adaptée au parquet massif et au contrecollé, cette technique est très fréquente. Elle consiste à coller directement les lames sur une chape fine de ciment, sur une dalle de béton surfacé ou sur des panneaux de contreplaqué. Une couche de ragréage est parfois nécessaire pour assurer la planéité du support. La pose collée est particulièrement adaptée pour les sols chauffants. Elle est par ailleurs la moins bruyante des trois. Elle n'est cependant pas à la portée du premier bricoleur, et demande donc l'intervention d'un professionnel s'il faut recourvir une grande surface. Prévoyez aussi un temps de séchage d'au moins 24h pour exploiter le pouvoir adhésif de la colle, pendants lesquelles vous pourrez entreposer vos lames de parquet à proximité.

Son utilisation est à restreindre à l'aménagement intérieur : pour une terrasse en bois par exemple (de même qu'une salle de bain), ce revêtement de sol est à oublier : vous risqueriez de noyer le bois. Choisissez plutôt une pierre naturelle ou d'une mosaïque de carrelage. À l'inverse, dans une maison en bois, cela peut convenir et même renforcer l'esprit chaleureux et rustique de votre habitation : dans un dressing et même une cuisine, c'est idéal.


LA POSE FLOTTANTE : SIMPLE ET RAPIDE

Simple et rapide à mettre en œuvre, la pose flottante est adaptée à tous les supports et est la moins chère des trois. À privilégier si votre budget est resserré, elle est de ce fait la méthode la plus répandue. Idéal pour rénover un vieux parquet ! On l’appelle flottante car le parquet n’est pas fixé au sol. Les lames sont soit à clipser, soit à coller entre elles pour être étalées sur une sous-couche isolante de mousse ou de liège. L'assemblage se fait pas-à-pas, et est réalisable par soi-même. Notez que c'est la seule option possible si vous souhaitez opter pour un parquet stratifié (aussi appelé laminate flooring), mais aussi la plus pratique pour poser des plinthes vous-même.

Cette méthode est silencieuse et est particulièrement adaptée à la rénovation dans la mesure où les lames peuvent être posées sur une moquette, sur du carrelage ou sur un sol stratifié. Le seul inconvénient est qu’il n’est pas possible de réaliser de motifs du fait de la disposition du parquet, limitée à une pose droite. Pour autant, la disposition perpendiculaire des lames de parquet peut apporter une certaine stabilité dans la pièce concernée.

On ne peut pas fixer un plancher flottant : de ce fait, évitez de le fragiliser d'un meuble de salle à manger, auquel il aura du mal à résister. Un facteur comme l'humidité pourra faire qu'il se dilate, Choisir son parquet doit donc se faire avec précaution : n'hésitez pas à vous orienter vers du haut de gamme certifié PEFC d'un fabricant français chez un revendeur fiable (dans un magasin de bricolage spécialisé). Enfin, rénover un parquet flottant n'est pas une chose aisée, privilégiez donc un matériau durable, même si son prix est élevé.

COMMENT POSER DU CARRELAGE SOL ?


La pose du carrelage au sol

Poser du carrelage c'est choisir un revêtement qui offre de multiples possibilités de couleurs et de styles, doté d'une bonne longévité et qui s'entretient très facilement. Découvrez comment poser du carrelage en pose droite.


Comment poser du carrelage sol en pose droite

Voici comment poser du carrelage au sol en 5 étapes :

  1. Repérer l’emplacement du 1er carreau
  2. Poser la 1ère ligne de carreaux
  3. Effectuer les découpes
  4. Réaliser les joints
  5. Poser les plinthes

Les indispensables

  • Carrelage
  • Règle de maçon
  • Croisillons
  • Colle à carrelage
  • Perceuse
  • Malaxeur hélicoïdal
  • Truelle
  • Peigne à colle
  • Maillet en caoutchouc
  • Niveau à bulle
  • Batte de carreleur
  • Coupe-carreaux
  • Équerre et équerre de maçon
  • Établi
  • Pointe à tracer
  • Meuleuse d’angle
  • Disque diamant spécial carrelage
  • Pince bec de perroquet
  • Trépan diamant carrelage
  • Joint
  • Kit de nettoyage pour carrelage
  • Plinthes

Avant de commencer

Pour garantir sa bonne adhérence, le carrelage doit être posé sur un support sain, sec, plan, lisse et propre. Avec une règle de maçon, vérifiez qu’il ne présente pas de creux ou de bosses supérieures à 5 mm. Dans le cas contraire, il est nécessaire de réaliser un ragréage avant de poser votre carrelage.

Les carreaux peuvent présenter de légères différences de teinte. Mélangez les paquets de carrelage pour atténuer ces différences.

Pour un séchage homogène, travaillez dans une pièce ventilée, protégée des courants d’air. Fermez les portes et fenêtres.


Étape 1 : Repérer l’emplacement du 1er carreau

Pour des raisons esthétiques, les découpes de carreaux doivent être posées en périphérie de la pièce.

Avant de commencer la pose, il faut donc effectuer un traçage, appelé calepinage, pour déterminer la place du premier carreau à poser.
Marquez le milieu de la porte d’entrée principale de la pièce et tracez une droite perpendiculaire à la porte, jusqu’au mur opposé.

Si la porte ne se trouve pas au centre du mur, déportez cette perpendiculaire jusqu’au centre du mur en traçant une parallèle.

Si vos carreaux sont de petite taille, alignez leurs bords le long de ce tracé.

Dans notre cas, les carreaux de carrelage sont de grande taille et nous choisissons de les centrer par rapport à la porte.

Pour ce faire, repérez le centre de la porte, puis placez un premier carreau de manière à aligner son centre avec celui de la porte.

Pour que toute la rangée de carreaux soit parfaitement alignée avec la porte, placez une règle de maçon sur un côté du carreau puis vérifiez l’équerrage à l’aide d’une équerre de maçon. Ajustez la position du carreau si nécessaire et repositionnez la règle de maçon contre le carreau.

Ensuite, tracez une droite jusqu’au mur opposé et posez vos carreaux au sol, en les séparant par des croisillons.

Une fois le dernier carreau entier placé, alignez la règle de maçon sur sa longueur.

Contrôlez l’équerrage de la règle avec l’équerre de maçon puis tracez une droite perpendiculaire à la ligne de carreaux, jusqu’au mur.

L’intersection des 2 lignes marque la position du premier carreau à poser.

Attention, vérifiez bien l’équerrage de la pose du premier carreau car tous les autres seront posés sur le même alignement. L’esthétique finale en dépend.


Étape 2 : Poser la 1ère ligne de carreaux


Commencez par préparer la colle à carrelage dans un seau, en suivant les recommandations du fabricant.

Mélangez la préparation avec un malaxeur à perceuse jusqu’à ce qu’elle soit homogène et lisse.

Pour vous faciliter la tâche, placez une règle de maçon le long de votre tracé et maintenez sa position avec du carrelage.

Avec une truelle, étalez de la colle au sol, sans recouvrir votre tracé.

Débordez légèrement sur la largeur du carreau suivant.

Ensuite, étirez la colle à l’aide d’un peigne à colle.

Maintenez-le en contact avec le sol, en formant un angle d’environ 60 degrés.

Si votre carreau mesure plus de 20 cm de côté, encollez également son dos, sur une épaisseur d’un millimètre environ.

Placez votre premier carreau au sol en veillant à bien respecter les axes que vous avez tracés.

 

Ancrez le carreau dans la colle en le tapotant avec un maillet en caoutchouc.

Vérifiez que le carreau est plan à l’aide d’un niveau à bulles.

Encollez la zone suivante et posez votre second carreau de la même manière que précédemment, en ménageant un espace pour poser les croisillons.

Puis, ancrez le carreau à l’aide du maillet.

Ensuite, posez une batte de carreleur en travers des 2 carreaux et frappez-la légèrement avec le maillet.

Cette opération permet de positionner les carreaux sur le même plan.

Posez les croisillons aux angles.

Continuez la pose de la première ligne en suivant la même méthode.

Vérifiez régulièrement la planéité des carreaux à l’aide de votre règle de maçon.

Au besoin, aplanissez en utilisant la batte de carreleur.

Nettoyez régulièrement les traces de colle avec une éponge humide.


Étape 3 : Effectuer les découpes

Après avoir posé la première ligne de carreaux, posez la ligne qui longe le mur tant que vous pouvez y accéder aisément.

Pour effectuer une découpe droite, mesurez la largeur à carreler à 2 endroits.

Déduisez de ces mesures l’épaisseur d’un croisillon.

Reportez ces dimensions sur un carreau puis tracez les traits de coupe.

Utilisez un coupe-carreaux pour couper le carrelage aux bonnes dimensions.

Encollez puis posez la découpe comme précédemment.

Insérez les croisillons et ajustez la position du carreau si besoin.

Enfin, aplanissez à l’aide de la batte de carreleur et du maillet.

Continuez ensuite les découpes et la pose sur toute la ligne.

Pour les découpes en angle, mesurez la largeur ainsi que la longueur en 2 endroits et déduisez l’épaisseur d’un croisillon pour la longueur.

Reportez les mesures et tracez les traits de coupe. Puis coupez le carreau aux dimensions voulues.

Posez le carreau et placez un croisillon à l’intersection des carreaux.

Pour effectuer une coupe arrondie en bord de carreau, positionnez un carreau à la bonne largeur. Repérez les traits de coupe et marquez-les au crayon gras.

Protégez votre établi avec une chute de bois ou de plaque de plâtre et posez votre carreau dessus.

Repassez les traits de coupe avec une pointe à tracer pour éviter que le carreau ne se fende lors de la découpe.
Enlevez le plus gros de la découpe en utilisant une meuleuse d’angle équipée d’un disque diamant spécial carrelage. Finissez la découpe à la pince à bec perroquet.

Encollez le sol puis posez votre carreau. Terminez en plaçant des croisillons aux angles.

Continuez la pose ligne par ligne en commençant toujours par poser le carreau sur votre tracé afin d’obtenir une pose bien droite.

Pour une coupe arrondie en milieu de carreau, positionnez un carreau à la bonne largeur et des croisillons si nécessaire, puis repérez les traits de coupe.

Pour percer le carreau, utilisez une perceuse munie d’un trépan diamant spécial carrelage à la bonne dimension.

Posez votre carreau puis placez des croisillons aux angles.

Pour couvrir un angle sortant, commencez par poser un carreau à blanc pour entourer l’angle.

Placez les croisillons puis mesurez les différentes cotes.

Une fois tout le carrelage posé, ne marchez pas dessus et laissez sécher 24 heures.


Étape 4 : Réaliser les joints


Lorsque la colle a séché 24 heures, retirez les croisillons.

Préparez l’enduit à joints en suivant les recommandations du fabricant, appliquez-le sur une taloche puis étalez-le sur le sol.

Enlevez le surplus avec la taloche en effectuant des passes obliques pour éviter de creuser les joints et laissez poser 10 minutes. Ensuite, lissez les joints avec une taloche éponge mouillée. Laissez sécher le temps indiqué sur le produit puis nettoyez les carreaux avec un chiffon sec pour enlever le voile d’enduit.


Étape 5 : Poser les plinthes

Encollez les plinthes et posez-les contre le mur puis insérez des croisillons sous et entre les plinthes.

Laissez sécher la colle 24 heures puis réalisez les joints en suivant les étapes précédentes.

Uni, à motifs ou à effet de matière, le carrelage rend votre intérieur plus facile à vivre et résiste aux épreuves du temps.

Email

contact@bien-renover.fr

Horaires

Lundi au Samedi : 9h-18h
Dimanche : fermé

Top
Rappelez moi
+
Rappelez moi!